Découverte défense-bd

secret defense à la rosiere

Simple légende ou fait historique ?

 

Après des décennies de doute, le mystère serait-il enfin levé ?

S’il a été prouvé qu’Hannibal a traversé les Alpes avec ses éléphants, l’itinéraire exact de passage a toujours été flou.

Plusieurs voies ont été évoquées, dont le mythique Col du Petit Saint-Bernard, reliant la Tarentaise à la Vallée d’Aoste.

 

RETOUR SUR LES FAITS

Lors d’une journée d’entraînement de chiens d’avalanche qui s’est déroulée début mars à La Rosière, un fait étrange s’est produit : Mistral, le chien d’avalanche de l’équipe de secouristes de l’Espace San Bernardo, a fait souffler un vent de folie sur la station.

Sébastien Arpin, pisteur et propriétaire du chien, témoigne, le regard voilé par l’émotion : « Je n’avais jamais vu Mistral dans cet état : il s’est mis à tournoyer dans un sens, puis dans l’autre et à gronder comme s’il devenait fou…  Lorsqu’il a commencé à creuser, je ne pouvais plus l’arrêter, toutes les personnes présentes se sont alors mises à l’ouvrage. Après avoir déblayé plus de deux mètres de neige, nous n’avons rien trouvé mais devant l’instance de Mistral, nous avons continué de creuser jusqu’à tomber sur quelque chose de dur. Nous avons d’abord redouté de découvrir des ossements humains, mais la taille et la forme de l’objet nous ont immédiatement fait penser à une défense d’éléphant. »

Alerté par cette découverte inouïe, l’institut d’Archéologie Animalière de Genève est arrivé sur les lieux en vue d’authentifier l’objet de toutes les curiosités.

Comment se fait-il que cette défense ait refait surface après tout ce temps ?

Des fouilles archéologiques ont déjà eu lieu à plusieurs reprises sur le plateau du Col mais n’ont jamais permis de confirmer le passage d’Hannibal.

Le professeur Lynch, spécialiste en écologie alpestre, affirme que cette découverte est due au dérèglement climatique en cours et aux températures inhabituelles observées en février dernier. Le réchauffement du sol a ainsi permis à la défense de remonter progressivement en direction de la surface.

Quant au Docteur Joseph Merrick, professeur en anatomie pachydermique à l’Institut des Sciences Animales de Londres, il ne laisse planer aucun doute quant à la nature de l’objet : « il s’agit bien d’une défense d’éléphant. Elle est dans un état de conservation remarquable, sans doute en raison des températures négatives que l’on observe une grande partie de l’année à cette altitude. Quoi qu’il en soit, la datation au carbone 14 est formelle : elle indique un âge de 2000 à 2500 ans ». La précieuse défense a été provisoirement confiée à l’Institut d’Archéologie Animalière de Genève pour une analyse plus approfondie.

Le passage d’Hannibal dans les Alpes remontant à 218 avant Jésus-Christ, tous les éléments sont réunis pour transformer la légende d’Hannibal en fait historique.

 

Vu l’ampleur de cette découverte, d’autres fouilles sont prévues dès la fonte des neiges.

On dit parfois que les lieux ont une mémoire, si tel est le cas, La Rosière peut se vanter d’avoir une mémoire d’éléphant !

PA